Quantcast

ACTUALITE

Truepic fights photo fraud on apps like Tinder and Airbnb

« Est-ce à quoi ressemblent-ils vraiment? » « Est-ce qu’ils ont Photoshop les photos de la maison que nous louons? » « Est-ce que c’est ce que j’achète ou qu’une photo est arnaquée par Internet? » Ce sont les questions que Truepic veut Pour répondre avec la technologie de vérification de photo du démarrage. Aujourd’hui, Truepic dévoile son SDK pour intégrer sa technologie dans d’autres produits plus sa propre application grand public. Truepic annonce également son cycle de semis de 1,75 million de dollars pour alimenter son espoir de devenir «le premier notaire de photo numérique au monde».

Voici comment cela fonctionne. Vous pouvez soit saisir une photo (ou une vidéo) dans l’application iOS ou Android de Truepic, soit dans l’application d’un client intégré dans son SDK. La technologie brevetée de Truepic vérifie que l’image n’a pas été modifiée ou modifiée, et l’activer avec une horodatage, un géocode et d’autres métadonnées. Truepic stocke une version de la photo dans sa voûte numérique et lui attribue un code à six chiffres et une URL pour la récupérer. Si nécessaire, la technologie blockchain peut être utilisée pour créer des copies distribuées des données.

Les utilisateurs peuvent ensuite exporter la version vérifiée et filigranée de leur image à utiliser partout où ils le souhaitent, et les téléspectateurs peuvent visiter l’URL imprimée pour vérifier à nouveau avec la base de données de Truepic. Truepics peut être utilisé sur des sites de rencontres comme Tinder pour prouver que c’est ce que vous ressemblez vraiment, sur un site de location de maisons comme Airbnb pour montrer aux gens exactement à quoi ressemble l’endroit où ils restent, sur un site ecommerce comme eBay pour prouver l’état De ce que vous vendez, ou de soumettre une image vérifiée de dommages pour une demande d’assurance.

Les clients peuvent payer des frais mensuels pour créer le SDK d’entreprise léger de Truepic dans leurs applications, de sorte que tout le processus de capture, de vérification et de partage se produit dans leur produit. Truepic compte actuellement une douzaine de clients bêta pour le SDK, allant des compagnies d’assurances Fortune 500 aux meilleures marques de beauté. Alors que Airbnb et Tinder ne sont pas encore des clients formels, les utilisateurs téléchargent déjà Truepics sur ces sites et ils pourraient bénéficier de devenir des clients SDK.

« Nous dépassons le point de basculement en ce qui concerne la facilité avec laquelle les choses sont simulées en ligne et la perte de l’authenticité et de la réalité en faveur de la perfection », affirme le cofondateur et chef de cabinet de Truepic, Craig Stack. Photoshop, Instagram, Snapchat, FaceTune et Meitu ont rendu l’édition de photos une pratique courante. « Les entreprises ont besoin d’une solution pour lutter contre la falsification rampante des images en ligne, et les consommateurs veulent partager des photos authentiques que d’autres croiront sont la vraie chose » explique Stack. « That’s Truepic – nous sommes vraiment l’anti-filtre ».

Vice’s Director of Mobile Apps Ben Jackson is creating his own startup advisory firm

Ben Jackson, dont le résumé comprend le travail chez Vice Media et The New York Times, lance une firme de conseil en démarrage appelée For The Win. Jackson a récemment été directeur des applications mobiles de vice, où il a déclaré qu’il avait créé une équipe qui a créé neuf applications pendant son mandat, ainsi que la première API de contenu unifiée de l’entreprise. Il a également travaillé chez iOS Lead chez Longform et en tant qu’ingénieur logiciel chez The Times – il a même écrit pour le rédacteur en chef Matthew Cozarino de TechCrunch, lorsque Matthew était chez The Next Web. Jackson a déclaré que For The Win travaillera avec des startups dans une variété de capacités – qui inclut les conseiller sur la conception et la technologie, mais aussi en fournissant un coaching exécutif et en aidant du côté des opérations. Par exemple, l’un de ses clients est l’agence de marketing Spherical, où il a déclaré que l’un des principaux points de vue était «la nécessité de créer un lien plus étroit entre le directeur général axé sur les opérations et le chef de la direction, qui consacre plus de temps à la vision stratégique». Articles Liés Mark Thompson, PDG et président de The New York Times Company, pour discuter auprès de Disrupt Vice annonce sa première série de vidéos courtes et scénarisées Il travaille également avec Swing Left, où il aide le réseau de bénévoles (qui se concentre sur la défaite des républicains à la Chambre des représentants) à améliorer la façon dont les équipes collaborent. «À VICE, Longform et The New York Times, j’ai pu influencer la vie de millions de personnes en aidant à façonner la façon dont ils ont eu leurs nouvelles en tant que responsable du développement et de l’ingénierie», a déclaré Jackson par courrier électronique. « J’aimerais avoir un impact encore plus grand sur un nombre encore plus grand de personnes. Conseiller les cadres sur la stratégie et rendre les équipes plus efficaces est une prochaine étape naturelle « .

Nvidia is surging after its income more than doubled year-over-year

L’activité de GPU en ballon de Nvidia et les grands paris sur les divisions, comme la conduite autonome, continuent de mieux s’améliorer, les actions de la société bondissant plus de 10% après avoir enregistré ses gains au premier trimestre. Articles Liés AI partout Paperspace lance des machines virtuelles GPU chargées d’outils pour les chercheurs de données Les entreprises géantes qui n’achèteront pas votre démarrage Nvidia ajoute 6 mises en service d’AI à son portefeuille d’investissement en capital-risque Au premier trimestre de cette année, la société a déclaré qu’elle avait généré un bénéfice net de 507 millions de dollars, comparativement à 208 millions de dollars au premier trimestre de l’année précédente. Ce revenu doublé provient du fait que son chiffre d’affaires a grimpé de 48% entre le premier trimestre de l’année dernière et cette année. Une grande partie de l’ascension rapide de Nvidia est grâce au besoin croissant de GPU qui peuvent gérer des problèmes d’apprentissage en profondeur comme la conduite autonome et la reconnaissance de la parole. Cela donne à Nvidia une nouvelle histoire de croissance renouvelée que Wall Street semble aimer. Après avoir été synonyme de cartes graphiques et de jeux, Nvidia est apparue comme fournisseur de matériel pour toute entreprise – en particulier les démarrages sur de nouveaux problèmes – qui doit dépister un énorme tas de données et construire un modèle capable de tirer efficacement sur place. Au-delà d’AI, cependant, les autres entreprises de Nvidia semblent bien se débrouiller. En particulier, le chiffre d’affaires de son processeur Tegra a plus que doublé pour s’établir à 332 millions de dollars – sans doute en partie grâce à la demande du commutateur Nintendo. Toute cette performance positive ne garantit pas l’immunité totale de Nvidia contre la concurrence dans l’espace GPU, mais pour l’instant c’est l’enfant doré. Google, par exemple, construit ses propres puces pour les algorithmes d’apprentissage machine. Il y a une attention accrue dans l’ensemble de la zone, ce qui est logique que Nvidia soit en train de parcourir les zones où ses produits peuvent se spécialiser comme une conduite autonome.

IAB study says majority of Americans are okay with ads on their IoT devices

Il peut sembler un peu bizarre de penser à voir des annonces sur, disons, votre réfrigérateur intelligent – mais selon une nouvelle étude , les Américains sont en fait assez ouvert à l’idée de la publicité sur « Internet des objets » dispositifs.

L’étude a été publiée par le Bureau de la publicité interactive (un groupe de commerce pour les éditeurs en ligne et annonceurs) et menée par MARU / VCR & C, qui dit qu’il a interrogé plus de 1200 adultes américains.

Articles Liés
Recettes publicitaires numériques en hausse de 19 pour cent dans la première moitié de 2016, selon le rapport du CCI
A Guiding Light Into The Future Of marketing
GE ajoute des services d’infrastructure à Internet des objets Plate – forme
Apparemment, 65 pour cent des répondants ont dit qu’ils sont prêts à voir des annonces sur les écrans IdO – et en fait, 62 pour cent ont dit qu’ils ont déjà. Quant à savoir pourquoi, certains répondants ont déclaré qu’ils seraient prêts à voir une annonce si elle leur a offert un coupon (44 pour cent), des fonctionnalités supplémentaires (30 pour cent) ou des jeux exclusifs (22 pour cent).
L’étude suggère également que l’Internet des objets est déjà fait son chemin dans les foyers des consommateurs, avec 62 pour cent des répondants disant qu’ils possèdent déjà un dispositif IdO – très probablement une smart TV (47 pour cent), suivi de la santé portable (24 pour cent) ou dispositif de contrôle de la maison connecté à Internet (17 pour cent).

« Une croissance vigoureuse dans la familiarité et l’utilisation IdO alimente l’intérêt des consommateurs – et les marques ont besoin de prêter attention», a déclaré Patrick Dolan, vice-président exécutif de l’IAB et chef de l’exploitation, dans un communiqué.

Forget Spectacles, group messaging is Snapchat’s most important launch in 2016

There was neither fanfare nor pizzazz, but yesterday Snap — the company formerly know as Snapchat — quietly shipped a new feature that could dent other messaging apps and obstruct upcoming social startups.

The feature was group messaging for up to 16 people. It’s an obvious part of any chat app but something that hadn’t been present in Snapchat until this week.

A messaging app introducing groups is not revolutionary in itself, but when that app happens to have more than 100 million daily users, it becomes a killer feature that impacts other services. Given that Snapchat’s core userbase is young people, there’s no doubt that they were going elsewhere to host group conversations with friends. Perhaps it was Kik, or Facebook Messenger, or WhatsApp, or even just iMessage — regardless, their user behavior will now change.
Over time, those conversations will migrate over to Snapchat, solidifying engagement with the many millions of teens and people in their 20s for whom it is already the go-to app on their phone. It will also give less active users a big reason to open the app more often if their friends drag them into groups. Snapchat, as we know, is anchored in messaging but it has built out a considerable media business and is going full-steam on advertising revenue, both of which will be boosted by the introduction of groups.

For an idea of how important this release is, check out the many, many tweets from excited users:
This could be just the start of Snapchat’s efforts on multi-person conversation.

The app offers live video chatting in one-on-one conversations, but that could be extended to cover groups, too, thereby tapping the growing trend for multi-person video communication that services like Chatroulette and Houseparty are pursuing with signs of success. In the case of Houseparty, which was created by the team behind now-defunct streaming app Meerkat, one million people spend at least 20 minutes per day on its group video chats.

People may best remember Snap in 2016 for Spectacles, its glasses with a built-in camera, but the addition of groups seems significantly more impactful. It is particularly important since Instagram’s cloning effort is showing signs of success and Snap is reportedly preparing to go public in 2017.